Catégorie : Interview avec les PDG

Les grandes sociétés ou entreprises attirent les investisseurs lorsqu’ils sont en bonne posture économiques. En France, on peut les compter par centaines ces entreprises qui ont un grand capital. Nous avons par exemple l’opérateur des télécommunications, Orange, qui est plutôt bien placé en bourse.

Pour mieux découvrir ce qu’il en est réellement de cette action, nous avons interviewé le PDG de l’entreprise, afin qu’il nous situe mieux sur leurs actions en Bourses. Il nous a livré un certain nombre d’informations importantes susceptibles de vous être utiles, surtout si vous êtes trader.

Parlez-nous brièvement de votre entreprise

Orange n’est plus vraiment à présenter en France. C’est de loin le réseau le plus influent et le plus répandu dans le secteur des télécommunications en France. Créées depuis 1988 sous le nom de France Télécoms, nous avons évolué sous ce nom jusqu’en 2013 où nous avons choisi la dénomination actuelle. L’année dernière, notre chiffre d’affaires était de 41 milliards d’euros.

Nous comptons actuellement plus 250 000 salariés, dont la majeure partie (soit 91 000) est France métropolitaine. Nous sommes installés dans 29 pays dans le monde ; en Europe, en Afrique, au Moyen-Orient, et en Asie. Nos interventions ne sont pas seulement à l’endroit des consommateurs et abonnées particuliers. Nous avons aussi la télécommunication pour les entreprises, sans oublier l’extension à l’internationale

 alors que peut-on dire de vos chiffres d’affaires actuellement ?

Pour ce qui est des chiffres d’affaires de la société, il y a eu une baisse considérable en 2012 suite à une situation liée à internet. Cette situation depuis que nous avons pris les rênes il y a eu une nette amélioration. Depuis l’année 2015, les choses évoluent normalement, ce qui nous permet d’envisager de nouvelles options. D’ailleurs, nous avons étendu récemment nos services dans d’autres pays en Afrique. Nous sommes également dans la vente de contenu en ligne, telle que la musique.

Vos actions se portent-elles donc bien à ce jour ?

Pour le moins, que l’on puisse affirmer, en bourse, les choses est en plein mouvement. Tantôt vers le haut vers le bas. Tout en admettant que de mauvaises performances soient observables de temps en temps, il faut dire que les prix sont restés constants ses derniers mois. Quand on observe de près les performances de l’entreprise, ainsi que la détermination de ses partenaires sans cesse renouveler, il est facile de reconnaitre que les actions d’Orange sont sur une très bonne tangente, vous pouvez en savoir plus sur optionmag.fr.

Actuellement, nous gardons la ligne et sommes au-dessus de notre moyenne mobile des  50 derniers jours. D’ici quelques années nous serons dans une posture plus évoluée que celle actuelle, car nos investisseurs se font de plus en plus nombreux, et nous nouons des partenariats toujours avec pour objectif de rendre la firme plus grande, et plus rentable pour tous. À ce jour, nous faisons partie des 40 plus grandes entreprises cotées en bourse en France. Nous envisageons de grimper dans le classement en améliorant nos chiffres. C’est un duel que nous gagnerons certainement.

 

Interview avec les PDG

L’action de la compagnie aérienne Air France se porte mieux, c’est le moins qu’on puisse dire. Cependant, pour en savoir plus, nous avons posé au PDG, 3 petites questions tel avec Maxime .

Pourquoi une telle hausse ?

Nous sommes la meilleure compagnie aérienne française, et nous produisons chaque année, les meilleurs services pour nos clients, il n’est donc pas étonnant que nos chiffres d’affaires soient élevés, ce qui a une incidence sur le cours de nos actions.

Quel est votre objectif ?

Notre objectif est simple, nous améliorer afin que les clients soient satisfaits de nos services. Car un client satisfait, comme vous le savez, c’est un client qui revient.

Pensez-vous que les prévisions sont bonnes pour vos actions ?

Absolument, nous allons faire une bonne performance sur le marché financier cette année, et dans les années à venir. Il est même prévu une hausse de 100 % pour les deux prochaines années. Cependant, on espère bien, car le marché est volatile.

Interview avec les PDG